Lieux inaccoutumés     

Video / Dance

ENSAPLV Paris, 2012

 

part of research: Architecture and urbanism in Paris. La Petite Ceinture, indeterminacy and representation.

 

 

 

 

 

“Etre danseur, c’est choisir le corps et le mouvement du corps
comme champ de relation avec le monde, comme instrument de
savoir, de pensée, et d’expression.”


(Danser sa vie, 2011)

 

 

 

 

Moi

Couchée sur les voies entre la porte de Clignancourt et porte de la Chapelle.

Couchée.

Au milieu de ce lieu incroyable où les voies se croisent.

Tranquille, inquiète.

Se coucher à même les voies, là ou le fer et béton se rencontrent.

Où l'ombre et la lumière apparaissent au même temps.

D'abord, je place la caméra.

Très précisément, je cherche le bon cadre.

Puis, je choisi très exactement l'endroit où je vais m'étendre.

L'endroit le plus dangereux, le plus inquiétant, le plus périlleux

Je pense qu'un train pourrait passer et me tuer. Mais non, rien ne se passe.

Etendue, là mille sentiments me traversent, dans tous les sens.

Mon coeur bat très vite. Chaque bruit, chaque son prend une importance démuserée.

Qu'est-ce que je fais ici? Toute seule. Couchée sur le sol. En train de faire un film.

Je me sens dépassée par ce que je suis en train de faire,

de réaliser, de rêver, d'espérer. Je cherche ma place.

Mon corps touche le sol. Dur. Inconfortable. Odeur bizarre.

De la poussière. Des morceaux de verre. Des mégots de cigarettes. Des traces.

De quoi? De qui? Que s'est-il passé ici?

Que se passe-t'il maintenant? Quelque chose du lieu commence à s'imprimer dans mon corps.

Alors, il commence à bouger.